PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Les yeux brouillés

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1088
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 9124

MessageSujet: Les yeux brouillés   Ven 28 Mai 2010 - 18:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

A Edinburgh, le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] s'étire sur toute la longueur de la ville.
Au bout du Royal Mile, il y [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Derrière Holyrood Castle, se dresse [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
A genoux sur l'herbe peu fréquentée du versant Nord d'Arthur's Seat, il y avait une petite silhouette rousse. Les cheveux affolés par le vent et les mains pleines de terre.

Une prière en gaélique s'échappa dans un murmure, tandis que Mélusine versait le contenu de sa flasque sur le petit tertre qui enserrait le tronc tout frêle d'un très jeune hêtre. Elle n'était pas croyante, c'était juste sa façon à elle de laisser partir ses fantômes.
Depuis la première fois, elle venait ici, offrir un peu de son temps et de sa sueur à ceux dont elle avait volé la vie. Elle ne pleurait plus mais gardait un goût amer dans la poitrine. Elle n'aurait jamais cru ça si difficile, elle qui s'était targuée d'être si prompte à haïr. Rien n'était jamais facile et c'était peut-être tant mieux. Elle aurait détesté devenir l'une de ces machines à tuer, l'oeil froid et le coeur de pierre. Insensible et inhumaine. Mais pour éviter que ça ne fasse trop mal, elle avait trouvé sa parade. Un arbre planté pour une vie perdue.

Ils étaient cinq petits hêtres, tremblotant sous le vent. Un jour, ils se dresseraient, grands et fiers, quand tout le monde aurait oublié la guerre.
A quelques mètres de là, une autre pouponnière végétale. Des petits bouts de chêne qui n'avaient pas encore saisi que le printemps n'était que pour demain.
Ceux-là, c'était ses morts à elle. Ceux à qui elle avait souri et qui ne reviendrait pas. Ceux à qui elle s'était jurée de ne pas s'attacher et qui, malgré tout, lui cariaient le coeur. Devant Aidan, le "dernier-né", elle sourit tristement, esquissa un vague salut avant de se détourner.

De quelques coups de baguette, elle s'assura que ses sortilèges de protection contre les intrus étaient toujours debout.
Quelques pas sous le vent d'avril.
Arrivée au sommet, elle se retourna pour embrasser l'horizon et jeter un dernier regard à son petit jardin secret. Si le monde ne calmait pas sa folie, ce serait bientôt une forêt, que les larmes des survivants ne suffiraient jamais à abreuver.

Une lueur bleutée scintilla devant elle.
La jeune femme cligna des yeux avant de fixer le portoloin.
Mais bien sûr...! Elle allait s'envoler elle-ne-savait-où avant même d'avoir déjeuné.
Si ça avait été officiel, elle aurait reçu un ordre de mission par l'une des voies habituelles.
Et si ça avait été urgent les quelques expéditeurs potentiels possédaient des moyens autrement plus efficaces.

Très bien...

Mélusine tira la langue au petit bout de parchemin qui avait cessé de briller de son aura turquoise. Il ne répondit pas. Dommage.


'Tu t'attendais à quoi?'

Boaf... On ne savait jamais.

"Mobili portus!"

Le morceau de papier se mit à flotter devant elle tandis qu'elle prenait la direction de la bicoque qui lui servait de maison.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Un bol vide traînait encore sur la table que Mélusine était déjà dehors. Ses brochettes de sushi sauce citrouille ne pesaient pas bien lourd dans son estomac. Elle mangerait mieux au retour. l'appétit n'était pas si grand quand on avait la curiosité en éveil.
Assise sur le trottoir devant chez elle, elle déplia le parchemin d'un sort bien placé.


Curieuse?

Évidemment. Quelle question stupide!
Et tant pis si c'était une incitation à l'imprudence...

Du bout du doigt, elle effleura le petit rapeltout qui ornait le creux de son coup seule concession à son dégoût des bijoux et autres impératifs féminins. De simple objet décoratif (la sphère émanait toujours un écarlate magnifique du plus bel effet), il était devenu talisman protecteur. Gracieuseté de sa mère à sa propre demande. Il lui suffisait de prononcer trois mots précis (de ce genre de mots qu'elle ne prononcerait jamais) et le rapeltout lui insufflerait une amnésie si puissante qu'elle en était définitive. Une perte réelle et totale de sa mémoire. De la part d'un rapeltout, c'était assez amusant. Il n'y avait qu'un seul antidote et il était chez sa mère. Un autre artefact magique complexe créé par Gwen McEwan. Il s'agissait d'une petite boîte en bois, grossièrement taillée. Cette petite boîte conservait le souvenir des moments et des gens que Mélusine jugeait essentiellement à ce qu'elle était. Rien de compromettant, rien de dangereux. Et sa mère était la seule à pouvoir les lui redonner. Bien sûr, ce serait vivre avec une mémoire tronquée mais mieux valait ça que...
C'était sa façon à elle d'amoindrir sa peur de la torture, sa peur d'être incapable de lutter pour sceller les informations essentielles. Il ne subsistait plus que l'appréhension de la douleur. Et ça, elle pouvait vivre avec. Et oser aller de l'avant. Ne pas hésiter à se lancer dans l'imprévu et dans le potentiellement dangereux. Ôter un lourd poids de ses épaules.

Aussi n'hésita-t-elle qu'une fraction de secondes avant de poser un doigt sur le "ri" du parchemin. La sensation familière d'un crochet au nombril la saisit. Un tourbillon de couleurs plus tard...


'Londres?'

Comme c'était banal...

'Déçue?'

Un peu.
Se retrouver là, en plein [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]...


'Observe, d'abord...'

Qu'est-ce qu'elle faisait, à son avis? Uh?
Mais à part la vitrine de ce magasin de jouets qui était sinistre à force d'être vide, il n'y avait rien d'anormal.


'Pas encore...'

Roooooooh! C'est fou ce qu'elle était optimiste!
D'un pas décidé (elle n'allait pas non plus attendre que le ciel lui tombe sur la tête), Mélusine se mit en marche et circula entre les boutiques, jusqu'à la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Un bruit la fit sursauter (non, non, elle n'avait pas peur, c'était juste un hoquet à grande échelle). Elle se retourna derechef, baguette brandie, un informulé au bord des lèvres.






Un coup de vent et la silhouette de l'homme disparut dans un nuage de fumée. La force de son regard s'attarda quelques secondes supplémentaires, ses yeux bleus directement enlignés dans les siens.
Puis, plus rien. Personne.
Le quartier était désert.
Pas âme qui vive.
Mélusine resta un instant désemparée. Surprise.
Haussa doucement les épaules.
Fit demi-tour.
Et partit s'installer dans un pub, boire un jus de citrouille.


Message aux Zads:
 

Merci!!!!:
 




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
 
Les yeux brouillés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Aux yeux du souvenir...
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]
» Un combat avec un loup brun aux yeux oranges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Le coin à papote :: Le Café des Artistes-
Sauter vers: