PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Après la mort de Deneb

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Après la mort de Deneb   Ven 4 Mai 2007 - 0:06

Après la mort de Deneb...



Deneb Kaïtos Céti a été enterrée le 20 février 2007
au Cimetierre Sorciers du Père La Table, à Septenmille, Nouvelle Zélande.



Epistolaires



Deneb Kaïtos Céti à Egon Sutham

"27 janvier 2007

Bébé,

C'est bientôt le match de Quidditch contre les Serdy, ça me ferait trop plaisir que tu viennes ! C'est ouvert aux visiteurs, ça nous évitera de faire nawak dans la salle Organza. Et pô de Polynectar, hein ? Tu viens et t'emmènes Enki avec toi, faut qu'il sorte sinon il va devenir fou à travailler toute la journée.

Pis je voulais te dire que le 14 février, Ecko et June organisent le bal de la Saint Valentin. Tu te souviens de celui de l'année dernière ? Ca m'a rappelé des souvenirs et je me dis que si ça te tente, après le match, on pourrait y aller faire un tour. Ca va nous détendre. Et pis pareil hein, t'emmène Enki. Je ne sais pô trop-trop où il en est avec Sandwi mais je crois qu'elle y sera car JT m'a dit qu'elle était sur la liste des invités. Maintenant que je lui ai rendu la plus grande partie de sa mémoire, il devrait s'en sortir... elle doit lui manquer. On peut pô ne rien faire ! ^^

Enfin voilà quoi ^^

Tu me manques trop, ça me frustre de ne pas pouvoir te voir tous les jours comme les autres années. Je me dis que c'est la première fois qu'on est séparé aussi longtemps depuis qu'on se connaît et que ça nous fait pit-être du bien après tout... je me dis ça mais j'y crois pas. Tu me manques et j'attends de te voir sur les bancs des supporters la semaine prochaine ! Tu vas être fière de moi ! On a super une super équipe qu'est trop de la citrouille ! Va y avoir Dim qui est gardien mais d'après ce que j'ai compris, bah Mo a prévu de "l'accaparer", comme elle dit. Elle veut elle aussi profiter que l'école soit ouverte aux visites, alors j'ai demandé à June d'être gardienne de remplacement au cas où... je crois que tu te souviens de comment elle vol sur un balai... bôh, te moque pô, je crois vachement en elle ! Et puis il y a Jon, Xaël et Rhéna alors je vois pas pourquoi on perdrait !

Je t'aime fort,
A très vite, je suis pressée de te serrer dans mes bras.

Citrouille."


Baten Kaïtos Céti à Algénubi

"12 février 2007

Papa,

Pourquoi revenir dessus ! Je n'ai rien pu faire. Ne tombe pas dans la déprime. On doit se souder, ne me reproche pas ce qui est arrivé. Je me sentais tellement impuissant, inutile, futile. J'ai plus de mots, plus d'envies, plus de cœur à mettre nul part et si je ne voyais pas au quotidien l'état dans lequel se trouve Egon depuis que Deneb s'est éteinte, je pense que je plongerais dans la folie. Perdre un enfant est terrible. Mais c'était ma sœur, sa fiancée, l'amie de dizaine de personnes alors ne crois pas que tu as le privilège de la douleur et résiste. Il te reste un fils et je ne veux pas perdre mon père.

Pour les nouvelles d'Egon, sache seulement qu'il n'est pas encore sorti de son mutisme. Il n'a pas bougé de son lit et ses yeux sont irrémédiablement fixés au plafond de sa chambre. Je ne sais pas à quoi il pense. Il n'a rien mangé depuis le match. Il n'a toujours pas pleuré... là encore, je ne sais pas quoi faire pour lui. Ses parents devraient arriver demain dans la journée. Je leur ai envoyé un hibou avant-hier.

Je te tiens au courant et j'attends que vous rentriez de Nouvelle-Zélande.

Les bébés et Micka vont bien. Shaula et Iman pèsent déjà 3kg700 pour 50 centimètres, ils sont adorables et pour l'instant leurs yeux sont toujours violets, le reste est à leur mère mais ça n'a pas l'air de déplaire à Micka. Elle t'embrasse et te transmet tout son soutien.

Bat"



Enki Youshenko à Alexandrei Zagora

"15 février 2007,

Cher Alexi,

J'espère que tout va bien pour toi. Ici cela a été une autre paire de manches et la vie est assez morne depuis les obsèques de Deneb en Angleterre. On a prévu d'emmener ses cendres dans son pays natal la semaine prochaine.

J'ai appris que tu avais obtenu le poste de responsable de l'infirmerie à Poudlard, je te félicite.

Pour te donner des news depuis la dernière fois, il faut que je te confie un truc assez fou. J'ai retrouvé Sandwi, on s'est parlé lors du bal de la Saint Valentin... je sais que je devrais choisir de confier ces détails de ma vie à quelqu'un d'autre mais je l'ai toujours fait et je n'arrive plus à faire autrement. Elle m'a appris qu'elle était enceinte. J'ai paniqué, je pensais que c'était une autre de ses blagues douteuses mais son ventre était déjà rond. Elle ne m'a rien dit. Depuis cet été tu te rends compte ! Et elle aurait pu ne rien me dire.

La naissance est prévue pour le mois de mai. Si Sandwi est d'accord, en fait j'aurais voulu savoir si tu accepterais d'être parrain, si tu acceptes cette responsabilité. J'y tiens beaucoup mais tu es libre de me dire non, je comprendrai aussi.

Tu n'imagines pas comme ça me fait peur d'être père alors que j'atteins à peine mes 19 ans. Je poursuis ma formation d'Auror à Poudlard Uni et je me sens déjà désolé pour la suite des événements. Je sais que je ne serai pas très présent. Si à l'occasion, t'as un moment pour qu'on se voit, ça me ferait bien plaisir. Je tâcherai de passer à l'infirmerie ou si t'as le courage à la fin de ta journée ou un samedi, tu peux me rejoindre à la Résidence Kaïtos.

En ce moment il y a pas mal de passage et on essaye d'égayer les murs. C'est une vraie garderie le week-end, je te jure, je suis complètement tétanisé, il y a des enfants partout ! Baten et Micka aménagent la chambre de Shaula et Iman Deneb Kaïtos, leurs petites filles (quoi qu'on sait pas vraiment ce qu'est Iman. Serena dit que c'est une anamorphosis ou-jsais-pas-trop...), Enym et Serena sont quant à eux heureux parents du petit Abel. Dwi va sans doute venir squatter ici jusqu'à la naissance du bébé - c'est sur c'est un fils. Bref, si ce baby boom te dérange, peut-être qu'il vaut mieux que ca soit moi qui vienne te retrouver à l'infirmerie en fait.

J'enverrai un hibou ou réponds moi pour me tenir au courant,

Schuss Alexi, prends soin de toi
Et il faudra aussi que tu m'expliques mieux cette histoire de tatouage et de Sacha...

Enkinoë"


Mowana Beckett à Egon Sutham

"22 février 2007

Sutham tu charries ?

J'ai honte de toi ! Honte d'avoir voulu être ta pote et d'avoir presque apprécié un foutu Gryffouillard ! Pourquoi t'étais pas à l'enterrement ?! C'est comme ca que tu dis au revoir à celle que t'aime ? T'es un monstre !

Bat m'a dit que t'étais encore enfermé à la Résidence Kaïtos ! Si c'est ta façon de montrer que tu l'aimes que d'être allongé comme un gland sur ton pieux en regrettant le passé, alors vraiment tu devais pas l'aimer autant que tu le prétends ou t'exprimes très mal tes sentiments. T'es nul ! Je vais venir te sortir de là, compte sur moi, quand je reviens je débarque chez les Céti et je t'avada la tronche. Non je vais venir te prendre par la peau de tes jolies fesses, je vais te foutre la tête dans la piscine et je vais t'avada après si t'as toujours pas parlé.

Chiri-Chou, s'il devait m'arriver quelque chose, je te certifie que je serai prête à revenir de l'au-delà pour l'engueuler s'il se comportait comme toi.

Mo"



Serena Sissy Sweet à Enym Merwick

"1er mars 2007

P'tit 'Nym,

Je sais que tu es en mission. Ce n'est pas la première pourtant je me sens terriblement inquiète.

En Angleterre, plus personne n'a de traces de Juge Lara Impartial. Elle a complètement disparue et le Ministère est assez soucieux. Rufus Scrimgeour ne m'informe de rien à cause de mon congé maternité mais j'ai pu avoir des informations grâce au petit Kite qui est venu prendre des nouvelles d'Abel et d'Egon.

Il m'a expliqué que les disparus de Poudlard avaient été retrouvés, tous sans connaissances, incapables de se souvenir de ce qu'ils ont fait ou d'où ils étaient pendant ces huit derniers mois. Sainte Mangouste doit être comble.

Est-ce vrai que le professeurs Dumbledore a été retrouvé et délivré par des élèves. Que s'est-il passé ? Est-ce que tu vas bien ? Ecris-moi. Cela fait plus d'une semaine que je n'ai pas de nouvelles de toi et je commence à me faire beaucoup de souci. Si c'est Celui-Dont-Il-Ne-Faut-Pas-Prononcer-Le-Nom qui est à l'origine de tout cela et que tu t'es mis en tête de poursuivre tes efforts avec l'O.P. alors je t'en supplie, n'oublie pas que tu es mari et père. Je veux que tu revoies ton fils. J'en ai assez de toutes ces morts. Assez de pleurer et de passer ma vie habillée en noire.

Enym... écris-moi, je t'en supplie. Juste une note sans me dire où tu es mais qui me prouve que tu es vivant... Kite ne peut rien me dire et je ne le forcerai pas à parler. Je ne sais pas où envoyer ce hibou. Je te l'envoie au Ministère sans même savoir si tu auras mon courrier.

Je t'aime,
Rassure-moi."


Domino Quint à Kite Byron

"25 avril

Bonhomme,

J'ai reçu ton hibou un peu tard. Tu aurais dû m'écrire directement aux Dortoirs d'Unicorn, on est en pleines révisions. Tu sais que si je n'étais pas d'une sagesse abusive, j'aurais pu m'inquiéter? Cela fait plus d'un mois que je n'ai pas de nouvelles, certaines femmes se seraient jetées d'un pont pour moins que ça. Serena a d'ailleurs été très difficile à calmer mais je l'imagine heureuse et rassurée de vous savoir rentrés sains et saufs.

J'ai une nouvelle à t'annoncer mais j'attendrai qu'on se voit demain. Je rentrerai à Londres et j'aimerais bien qu'on dîne tous les deux. On enferme les hiboux, on ferme les volets, la porte et on éteint la cheminée. Toi et moi. Tu m'as tellement manqué. Je te déteste quand t'es pas là.

J'imagine en plus que tu ne me diras jamais sur quoi vous travaillez à P.Z. donc les sujets de discussions ne vont pas être très variés mais ne t'inquiète pas. Avec ce que j'ai à te dire, on en a pour six semaines de dialogues.

En ton absence, j'ai pu avoir des nouvelles d'Egon, l'ami de ton ami, celui qui avait perdu sa fiancée en début d'année... Et bien, il est enfin sorti de la chambre où il s'était enfermé. Il faudra que tu demandes à Enki de te raconter. Je ne veux pas faire de commérages.

Je t'aime, espèce d'inconscient, je suis pressée de te voir.

Ta Quido"
Revenir en haut Aller en bas
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 8509

MessageSujet: Re: Après la mort de Deneb   Jeu 17 Mai 2007 - 22:33

Egon Sutham à Isis Kitlee

"20 mai 2007,

Chère Isis,

Il y a beaucoup de choses que j'aimerais écrire et pour ne rien te cacher, je ne sais même pas pourquoi c'est à toi que je les écris. Ne le prends pas mal, c'est une de mes nombreuses énigmes depuis la mort de Deneb et je peine à riposter à tout ce qui se noue dans ma tête.

Je t'écris un peu pour me délivrer car je n'ai pas de journal et que je n'en ai jamais eu et n'en aurai jamais. Un peu pour te donner des nouvelles, en prendre aussi. Je te laisse libre de me donner celles de ton choix. Je ne me suis intéressé à personne depuis quatre mois. Même pas à moi.

Ma lettre te semblera peut-être pitoyable ou incompréhensible mais je crois, pour finir ce trop long avertissement poli, que j'en ai clairement besoin pour remettre mes idées en ordre. Tu n'es pas contrainte de répondre. Je saurai seulement que cette lettre est quelque part.


Depuis la mort de Deneb, j'ai fait deux choses: rien et pire.

Après l'infirmerie, je ne me souviens pas de la façon dont je suis rentré à Londres. Ai-je transplané, m'a-t-on raccompagné? Je n'en sais rien. Quand la raison m'est revenue, j'étais sur mon lit. Les yeux ouverts sur les plinthes de la chambre plongée dans le noir. Je déraisonnais. Je voulais attendre. Attendre de me réveiller et que Deneb vienne me sortir de là en se moquant un peu de moi avec son rire enfantin. Je n'y croyais pas. Ca ne pouvait pas être vrai, tu comprends... elle a toujours été là dans ma vie, dans mes bras. J'ai donc attendu. Assez longtemps d'ailleurs... une semaine s'est passée, puis deux, puis d'autres. Je comptais attendre longtemps comme ça. Attendre que la mort m'éteigne lorsque j'ai réalisé qu'elle ne viendrait jamais.

J'ai le cœur sec et vide. Je ne crois plus en rien.

Baten, Enki, Micka, mes parents, les parents de Deneb... il y a eu un défilé sans fin devant mon lit. Je pensais que j'étais malade. Ce sont les malades qu'on vient rencontrer à leur chevet. Moi, j'allais bien. Sauf que je ne ressentais plus.

Isis, tu le sais sans doute, je ne suis pas bon pour les confidences, les émotions, les secrets. Mais si tu savais comme j'ai mal. Je me suis dépiauté. Je ne savais pas ce que c'était la douleur. Je croyais que la douleur se contentait de meurtrir, de faire saigner ou crier. Non... la douleur est très silencieuse, elle vient petit à petit et elle racle tout ce qu'elle frôle. Tes souvenirs, la moindre pensée, la moindre seconde te déchire. Ta gorge, tes doigts, ton ventre... tu as tellement mal que tu préfèrerais te les arracher que de vivre encore le souvenir de celle qui tu aimes. Tu résistes malgré tout car il reste une infime partie de toi qui n'y croit toujours pas, qui refuse, qui te paralyse et c'est le seul espoir qu'il reste à ta raison pour ne pas plonger dans la pure folie.

Je déraisonnais vraiment, Isis... le temps n'avait plus d'importance. Mon apathie était telle que je n'ai même pas eu la force de songer à cette kyrielle de "si" au conditionnel qui d'ordinaire nous envahissent quand ces circonstances nous oppriment. Les Si. Si j'avais pu lui dire encore une seule fois, une seule petite fois que je l'aimais. Si j'avais pu ne jamais la rencontrer pour ne jamais souffrir de son absence. Si j'avais accepté d'être inconscient, de vouloir un enfant, même si jeunes, une trace d'elle pour l'éternité. Maintenant, je n'ai plus rien d'autres que mes souvenirs et ça me semble si petit, si inutile, j'ai peur de me souvenir car chaque pensée me tue, me saigne, me rend fou et, parfois, tout au contraire, je voudrais imprimer chacune d'entre elles pour les relire encore et encore et m'imprégner jusqu'à la fin des temps de Deneb Kaïtos. Si la vie avait été moins salope. Si je n'avais pas été si con, si je n'avais pas perdu autant de temps en disputes... si je l'avais aimé plus et mieux... si j'avais su. Si... si. Si. Mais non. Je n'ai pas eu le droit à ça. C'est venu bien plus tard.

J'ai refusé d'aller à Septenmille pour l'enterrement. Comme j'ai dû blesser son père! Mais j'étais tellement certain d'être déjà mort. Je regrette amèrement aujourd'hui.

Mowana est venue me voir un jour. Elle était hystérique. Attrapé par la chemise, avec sa force colossale, elle m'a traîné jusqu'à la piscine au milieu des cris et des protestations de toute la résidence. Elle m'a balancé à l'eau et m'a maintenu la tête dessous jusqu'à ce que l'air me manque. Dimitri criait tellement que j'entendais la moindre syllabe sous les nappes liquides. Au début, je ne me suis pas défendu. Je n'attendais que ça. Mourir. Puis, l'air m'a manqué un peu et un peu plus encore. Mêlé à l'eau, mes larmes ont commencé à couler. Enfin, libéré d'un poids si pesant, j'ai eu besoin de crier ma rancoeur et ma haine. J'ai repoussé les bras de Mo et je suis sorti prendre l'oxygène qui me manquait. J'ai craché ma douleur à la face du monde alors qu'une image de Citrouille me souriait en rêve, une apparition impromptue dans la noirceur où pointait doucement le jour, comme une sirène qui me faisait au revoir.

Mowana m'a aidé à revenir sur le rebord de la piscine, et j'ai senti la chaleur de ses mains qui m'ont entourées, puis les bras de Bat, d'Enki, Micka, Dimitri, tous ceux qui étaient présents... ils étaient là les vivants. Je les avais oublié et leurs yeux souffraient. Ils ne souffraient plus pour Deneb, ils souffraient pour moi. Alors, il a fallu les rassurer et aller mieux. Manger à nouveau, reprendre du poids, du caractère, de la lumière dans le regard.

J'ai loupé tant de choses, égoïstement et tendrement recouvert de ma couverture d'affliction. La disparition de la directrice de Poudlard, la montée des Ombres, le retour de Dumbledore. J'ai su aussi qu'Enki allait être père, Micka était sortie de Sainte Mangouste et j'ai découvert les bébés de Baten, Shaula et Iman. Elles/ils sont adorables avec les yeux violets de leur père. J'en suis le parrain. Je ne savais pas. Malgré la gentillesse du geste, cela m'a blessé. J'ai honte mais je me suis senti jaloux. Je ne l'ai pas confié à Bat. Il est tellement fier de ses filles. Je le suis aussi.

Alors le mois d'avril m'a annoncé un renouveau. Je devais aller de l'avant, comme on dit. J'ai prononcé mes premiers mots depuis le 3 février: "excusez-moi"...
Ils ont compris. Ils ont souri. Ils étaient tous heureux que je revienne à la vie. Moi aussi. Je me sens mieux mais pas de là à aller bien. J'ai quitté le rien et le pire.


J'ai dû reprendre les cours que j'avais abandonnés pendant tout ce temps néanmoins je t'avoue que j'ai pas tenu. J'ai abandonné après une semaine.

Pour l'instant, je ne sais pas quoi faire. Je crois que je vais écrire. Je refuse d'avoir un journal mais rien ne dit en mon âme qu'écrire un livre n'est pas une possibilité pour faire sortir de moi tout ce noir qui m'étouffe encore. Je ferai n'importe quoi sauf continuer à me complaindre.

Pour l'instant, j'habite encore chez les Kaïtos. Il m'est presque impossible de voir ma vie ailleurs qu'ici. Kite, qui a enseigné à Poudlard un moment, va être père. Il a rencontré une jeune femme suite à la mort de Claire et il a l'air de se remettre de son épreuve. Je prends modèle sur lui. Je me le dois. Il m'a incité à travailler pour m'occuper l'esprit, bien que je ne sois pas encore prêt, je le ferai.

Sa petite amie, Domino, compte ouvrir un cabinet d'avocats sur le Chemin de Traverse et voilà où je suis rendu: l'aider à y réussir dès qu'elle aura obtenu son diplôme en juin. Ca m'occupera.

J'ai réussi à te raconter ce débit de conneries et je pense qu'il est temps de refermer cette lettre et d'abandonner la plume sur cet épisode. Je t'écris pour ne plus jamais y revenir.


A toi aussi je m'excuse. Pas pour cette longue missive mais pour les promesses que j'ai dû te faire un jour et que je n'ai pas tenues.
Passe mes amitiés à Jonathan.

Comme j'y songe maintenant, je ne désire pas de réponse. J'aimerais seulement que tu gardes cette lettre et que tu ne me regardes pas différemment si on venait à se recroiser.

Au revoir, jolie Isis.

Egon Sutham."



Un jour peut-être qu'il y aura une vraie fin...
Revenir en haut Aller en bas
 
Après la mort de Deneb
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est toujours la lois du plus fort, il faut se battre jusqu'après la mort..
» Un petit coup de main ? (pv Shitsu)
» Séries VO après la mort de Batman
» une famille périgourdine peu après la mort du roi
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Le coin à papote :: Le Café des Artistes-
Sauter vers: